Julie Fournier

Sexologue clinicienne & psychothérapeute 


 Services de sexologie et de psychothérapie en individuel ou en couple ainsi que services en santé transgenre

Articles-Blogue

Enseignants du primaire, cet article saura vous interesser!

Publié le 24 août 2015 à 11:35

 

Enseignants au niveau primaire, cet article s’adresse à vous! C’est le temps de la rentrée et il y a certainement beaucoup de choses à penser et à prévoir. Mais quand il est question d’enfants, leur spontanéité vous empêche certainement de tout prévoir. C’est certainement le cas avec leur sexualité! Leur sexualité? Oui! Leur sexualité! Dès leur plus jeune âge, les enfants s’intéressent à la sexualité. Bien évidemment, ils ont des questionnements différents des adultes en raison de leur développement psychosexuel, mais ils ont beaucoup de questions. Qu’en pensez-vous enseignants? Le tabou entourant la sexualité complique beaucoup les choses. Dois-je parler de ceci ou de cela? Quoi faire dans telle situation? Si l’enfant me parle de cela, devrais-je croire qu’il a été abusé?


La première règle à retenir est qu’il n’est jamais trop tôt pour faire de l’éducation sexuelle toujours en respectant le développement psychosexuel de l’enfant. Comme le dit si bien Mme Robert, « Il est moins dangereux qu’un enfant reçoive de la bonne information trop tôt que de tomber sur des scènes de pornographie alors qu’il n’y a eu aucune préparation. Il ne faut pas jouer à l’autruche ».


Tout d’abord, lorsqu’il y a une situation à caractère sexuel (un enfant se frotte le pénis sur un objet, une autre a les mains dans les culottes de son amie, un enfant vous pose une question qui vous rend mal à l’aise, vous en surprenez une autre qui embrasse son amie puis une dernière vous demande comment on fait des bébés et vous ne savez pas trop comment l’expliquer ou même si vous pouvez l’expliquer) il est primordial de ne pas faire de commentaires péjoratifs quant à l’enfant. Celui-ci découvre et est maladroit d’autant plus que pratiquement personne ne lui en parle jamais. Il faut donc être sensible et respectueux par rapport à l’enfant.


Lorsqu’un enfant vous pose une question, accueillez sa question. Semblez à l’aise de répondre pour qu’il ne croie pas qu’il y a quelque chose d’inquiétant à sa question. Considérez chaque question comme étant valable et importante. Donnez-lui une réponse simple et sans dépasser ce qu’il veut savoir. Employez les termes exacts. Effectuez une distinction claire entre les faits et vos opinions. Petit truc efficace : retournez la question qui vous est posée à l’enfant. Par exemple, l’enfant vous demande « d’où viennent les bébés? », vous lui répondez « d’où crois-tu que viennent les bébés? ». Ceci est non seulement la meilleure manière de repérer où en est rendu l’enfant dans son développement psychosexuel, mais ça vous permet également de trouver une manière adéquate de lui répondre pendant ce temps et de rectifier les fausses croyances. 


Lorsqu’un enfant  a un comportement à caractère sexuel, surtout demeurez discret. Il n’est pas nécessaire d’intervenir pour que tout le monde entende bien au contraire. Expliquez-lui simplement la différence entre la sphère publique et la sphère privée et que ses comportements sont tout à fait appropriés en privé. Gardez en tête qu’un enfant qui a des comportements sexuels est dans un processus de découverte. Il n’a pas nécessairement été abusé sexuellement, mais il se peut que les frontières ne soient pas claires à la maison. Par exemple, les parents se promènent souvent nus devant les enfants et prennent leur bain avec celui-ci alors qu’il est âgé de sept ans. Les frontières ne sont pas claires donc l’enfant peut explorer la sexualité beaucoup plus rapidement en raison d’une surexposition à la sexualité.


Vous êtes certainement bien outillés pour employer un bon langage approprié pour les enfants du niveau que vous enseignez. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à en parler au psychologue ou même sexologue de l’école où vous enseignez. Faites équipe avec les parents lorsque c’est possible et ne chicanez jamais l’enfant pour un comportement de découverte.


Bonne chance professeurs et bonne année scolaire!



Article écrit par Julie Fournier

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Autre

UA-73560814-1